';

NUMÉRO 9

Couverture_zinc09
NOUVELLES VOIX MASCULINES DE LA LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE

L’écriture masculine existe-t-elle vraiment? Est-elle foncièrement éthylique et pornographique? Les exégètes nous diront s’il existe une sensibilité proprement masculine. Après la controverse qui a embrasé les blogues en 2005 à la publication du numéro 6 de la revue Zinc, intitulé « Nouvelles voix féminines », nous avons décidé de colliger un numéro chargé de testostérone, dans lequel nous présentons les auteurs masculins de la génération X, génération MTV et génération Boomerang, les enfants de la guerre froide.

 

Reste à savoir dans quel univers désordonné ces écrivains habitent. Le petit héros de Patrick Brisebois saute sur son lit comme sur un trampoline en baissant sa culotte ; Eric Dupont nous transporte dans un univers qui verse dans le réalisme sadico-magique, la voix éraillée d’Éric McComber retentit comme hurlée du fond de son sternum. Le texte que nous offre Stéphane Dompierre respire la rage fermentée et le désespoir en kaléidoscope, tandis que Tristan Malavoy-Racine crée un personnage quasi mythologique mi-bête mi-homme. Pour sa part, Stéphane-Éli Marroie invente un monde en course folle entre le jour et la nuit, où l’amour cruel se révèle entre des piles d’objets rouillés. Alain Farah, Maxime Catellier et Jean-Simon Desrochers sont les poètes de la nouvelle garde, pourchassant leurs ancêtres. Finalement, nous avons décidé de relire Nikolski de Nicolas Dickner, ce livre qui en a bouleversé plus d’un l’année de sa parution.

 

Ce sont tous de mauvais garçons insolents par leur art. Sans compromis.

 

S'ABONNER
Appels de textes